Follow:
Engagement

Je teste le défi : un mois sans supermarchés en février à Toulouse !

Est-ce que vous êtes prêts à vous challenger ? Je vous présente le défi un mois sans supermarchés en février lancé par En vert et contre tout, un site web suisse qui informe sur le développement durable. Que vous fassiez l’essentiel de vos courses en supermarchés, ou que vous ayez déjà un pied dans les alternatives, le but c’est de progresser dans votre démarche ! On a dit, pas de culpabilité ! D’ailleurs bannissez ça de votre langage, si vous faites un effort, c’est largement mieux qu’une bonne partie de la population !

Le but de cet article c’est de vous motiver à y participer, on aura toutes et tous des réussites et des déboires… oui car on n’est pas parfait dans la vie, sinon ça se saurait !

Est-ce que ça sert à quelque chose ?

Non. Fin de l’histoire… je ferme le blog.

Vous avez vu ? Quel humour !

Je pense que l’objectif c’est de tester nos limites ensemble, par exemple jusqu’où on peut aller dans le défi. Mais à quel point on peut éviter les supermarchés ? Si pour certains cela fait déjà parti des acquis, pour d’autres cela semble peut-être impossible ! Notre mode de vie et nos lieux d’habitation sont différents, nous n’avons pas les mêmes facilités et les mêmes contraintes. Une famille nombreuse aura plus de mal à faire un changement, qu’une personne habitant seule et ne devant négocier avec personne pour prendre des décisions. De même pour une personne habitant en ville, ce sera plus simple qu’en milieu rural où les alternatives sont moins concentrées.

Il existe dans les réseaux sociaux un tas de personnes participant au défi et partageant leurs astuces. Un mois c’est le temps du défi, mais ceux qui seront convaincus pourront changer leur mode de vie en profondeur !

Quid, des gens qui travaillent dans les supermarchés ?

Aucun travailleur-ses de supermarché n’a été maltraité dans ce défi !

Placer notre argent chez les bonnes personnes, permet le développement des projets que l’on soutien et donc la création d’emploi. Ne vaut-il pas mieux soutenir une création d’emploi dans les petits commerces plutôt que dans la grande distribution ? De toutes façons, ces derniers ont encore de la marge !

Mon expérience du défi sans supermarchés

En tant que personne déjà sensibilisée et engagée dans une démarche plus éthique et responsable, j’essaie de ne pas trop fréquenter les supermarchés. Je tente de faire mes courses toutes les deux semaines, et je suis par ailleurs engagée dans une AMAP où je vais chercher mon panier de légumes toutes les semaines.

Ce mois de février, j’ai commencé par faire mes courses avec à peu près ma routine habituelle : mon magasin préféré spécialisé en vrac (Ceci & Cela pour les toulousains), puis j’ai complété par la Biocoop. A ce stade là, on peut se demander si les magasins bios sont des supermarchés ou non. Comme j’ai un budget limité, et que je prends mes pâtes et mon riz en vrac à Biocoop (pâtes = 2€ le kilo environ et ça varie en fonction des sortes de pâtes / riz thai semi-complet = 4,20€ le kilo), c’était un choix que j’ai fait. Bien entendu, j’adore les boutiques vrac et les pâtes de mon AMAP, mais les pâtes sont à presque 5€ le kilo et ça je ne peux pas me le permettre…

Je suis allée aussi à un des marché du centre-ville de Toulouse (marché Crystal pour les connaisseurs), que je n’affectionne pas particulièrement puisque il n’y a pas de producteurs. On y trouve quasiment que des grossistes. Mais bon, c’est à côté de chez moi et ça dépanne parfois… Alors, on a pris nos bocaux et sacs en tissus avec le copain, pour prendre des légumes, du beurre et de la crème fraîche. Oui, parce que monsieur est pas trop dans l’objectif vegan comme moi…
On a fait un petit (gros) fail, car on avait pas pris assez de bocaux, donc on s’est retrouvé avec un sac en papier et un bocal en plastique… j’étais pas très fière… mais bon, on apprends de ses erreurs alors c’est un mal pour un bien, hein ! En plus, comme je devais travailler dans l’après-midi et que j’avais pas prévu de repas, on a craqué sur des raviolis frais à 27€ le kilo, en vrac, please ! On a pris 400g et ça nous a coûté 10€ ! Aie ! Au moins, ils étaient bons !

Mes fails du défi sans supermarchés

Il y a des choses que je ne vous dit pas, c’est qu’on a quand même acheté des trucs au Carrefour City d’à côté de chez nous. J’ai eu beaucoup de mal à convaincre mon copain d’éviter ce lieu. Il s’est quand même rendu là-bas, malgré tout. La vie en couple est faite de compromis, que voulez-vous… Et puis parfois, il nous manquait un truc tard, le dimanche etc… Bref, on ne cherche pas la perfection, mais à s’améliorer !

Les croquettes du chien sont commandées en ligne également. La compo est pas mal, et le rapport qualité/prix c’est top ! Je les achète par 10 kg à zooplus… bon on est pas dans la petite enseigne, ni dans les croquettes locales, mais bon on fait comme on peut….!

Puis le PQ ! Ils en vendent chez Ceci & Cela, mais j’ai oublié à chaque fois… où est mon cerveau ?

Mes progrès, pour une vie sans supermarchés

J’ai quand même progressé ! Aller au marché chercher des produits laitiers avec des bocaux, c’est pas quelque chose qu’on fait souvent. Nous n’avons pas une consommation excessive, mais on les prend souvent à la biocoop et moi je prend plutôt de la crème de soja. On essaiera de le faire à chaque fois, tout en gardant une conso de produits laitiers basse…

Pour les apéros et réunions, j’ai acheté des gâteaux apéros en vrac et une pizza ! Oui, une pizza, que j’ai acheté dans une pizzeria qui n’est pas une grande chaîne. Et puis un vin local, qui n’était pas top, mais chez les green y’a de bonnes chose et des mauvaises, comme partout !

Hors budget nourriture, je n’ai heureusement pas eu beaucoup de choses à acheter. J’ai pris un mascara Zao à Ceci & Cela et je projette de m’acheter un pull sur Vinted.

Bon et après ? Le mois n’est pas encore fini ! Je mettrais à jour l’article à la fin du mois…

Et où est-ce que je trouve … à Toulouse ?

Toulouse, c’est la ville où j’habite donc c’est normal de vous donner les bons plans par-ici ! Comme c’est une grande ville, les alternatives fleurissent ! Je pense qu’on a l’embarras du choix. Par contre, ça peut être plus compliqué en habitant en périphérie, car pas mal de choses sont concentrées au centre-ville. Les sites de commandes en ligne peuvent faire parti des alternatives, bien que cela soit pas trop Zéro Déchet, tant qu’on soutient un petit commerçant avec une réelle éthique ? Non ?

Pour faire ses courses à Toulouse

Ceci & Cela (quartier Capitole et Minimes) : c’est un peu l’incontournable du vrac, local et éthique ! L’accueil est chaleureux et puis on voit que l’équipe s’est cassé la tête pour rester fidèle à ses convictions !

Ô Local Bio (quartier St Michel) : je connais que de nom, alors je vous en dirais plus lorsque j’irais faire un tour.

Le Drive tout Nu (Beauzelle ou Ramonville) : c’est nouveau et tout parfait pour ceux et celles qui sont excentrés. C’est un drive en vrac !

Campillo (Les Chalets – Jeanne d’Arc) : épicerie locale (70 km max) avec des produits variés. Vous avez un espace café pour vous poser un peu.

Les Vraqueuses (aux alentours de Toulouse) : épicerie en vrac ambulante qui se déplace autour de Toulouse, entre Ramonville, Blagnac, la fac Paul Sabatier, Tournefeuille etc. Parfait pour les personnes habitants dans ces coin-là !

Les magasins et épiceries bio/locales/paysannes : il y a en plusieurs et dans énormément de quartiers. Là je parle plutôt des petits magasins indépendants.

  • Bio & Compagnie (Jeanne d’Arc)
  • La dispute aux oiseaux – Bio (St Cyprien)
  • Le Cri de la Carotte – Vegan (Croix de Pierre)
  • Le Récantou – Local (Jean Jaurès)
  • Ferme Attitude – Local (St Cyprien)
  • Le Talon – Local (Arnaud Bernard)

Les magasins coopératifs : comme la Chouette Coop (Bonnefoy) qui est une coopérative de consommateurs. Ce sont les membres qui choisissent les produits et le fonctionnement. Intéressant, non ?

Les chaînes de magasins bio ou vrac : la question se pose, est-ce qu’ils font partie des supermarchés ou non ? A mon avis, il faudrait se renseigner sur le fonctionnement du magasin au niveau local, puisque parfois ce sont des franchises et donc de petits commerçants.

Pour ce qui est de Biocoop, il faut savoir que c’est un fonctionnement en réseau et que dans le conseil d’administration on trouve les producteurs, les propriétaires des magasins, les salariés et les associations de consommateurs. Les magasins Biocoop locaux appartiennent donc à différentes personnes, et parfois ce sont les mêmes personnes qui détiennent plusieurs magasins. Il existe des entreprises sous forme de SARL ou des coopératives. N’hésitez pas à vous renseigner sur votre « biocoop » pour connaître son fonctionnement.

Day by Day est une chaîne de magasins en vrac. Les magasins sont des franchises, et donc la politique dépend du gérant ! Pour l’instant, ce sont des magasins assez petits et, pour moi, ils ne rentrent pas dans la liste des supermarchés.

Bio’ C Bon. Pour les fans, désolée, mais j’ai un avis assez mitigé. Ce sont des chaines de magasins et j’ai plutôt l’impression qu’ils surfent sur la vague green. Je peux me tromper, n’hésitez pas à me donner de beaux témoignages sur les côtés positifs de Bio’ C Bon, mais pour moi ça reste un supermarché ! Il est juste bio… Il y a moins d’éthique que dans un magasin du réseau Biocoop et les produits me paraissent plus cher (en tout cas à Toulouse, c’est le cas).

La Vie Claire (Esquirol) : C’est une franchise mais je connais pas assez les magasins pour vous donner mon avis.

Les autres alternatives : vous avez bien entendu les marchés de producteurs (à consulter sur Jours de Marchés) pour éviter les intermédiaires, sinon il y a les AMAPs et la Ruche-qui-di- oui (circuit-court) !

Puis vous avez les boulangeries, les boucheries et les fromageries… après attention, ce n’est pas parce que ce sont des petits commerçants qu’ils ont tous des valeurs éthiques, que c’est du local, bio et/ou zéro déchet. Renseignez-vous !

Acheter des vêtements & accessoires

Pour éviter les grosses chaînes de magasins, aussi néfastes que les supermarchés en terme d’impact. Voici les propositions, il y a deux types selon votre budget : les boutiques éthiques et l’achat d’occasion.

Boutiques éthiques :

  • Inès & Julie (Arnaud Bernard) : une nouvelle boutique mode éthique, avec des marques respectueuses de l’environnement, cruelty-free et made in France.
  • La Juponnerie (Arnaud Bernard) : une boutique de créatrices.
  • Ethic et Chic (Capitole) : boutique avec des marques éthiques.
  • Slow Concept : boutique avec divers objets à la fabrication éthique.
  • Etc.

Magasins d’occasion :

  • La Glanerie
  • Le Grenier d’Anais
  • Kilostock
  • Emmaüs

Objets & technologie :

  • Recyclo’bat : matériaux de construction
  • Envie : entreprise d’insertion qui fait du reconditionnement

Liste d’alternatives au supermarché sur internet (portée nationale) :

N’hésitez pas à ajouter en commentaire d’autres possibilités sur Toulouse et les environs !

Share:
Previous Post Next Post
commodo mi, ut mattis commodo porta. id dolor suscipit vulputate, quis, risus